Dr Elisa Bluwol

01 42 27 01 00

  1. Accueil
  2. Glaucome
  3. Diagnostiquer le glaucome
  4. Examen clinique
  5. Gonioscopie ou examen de l'angle iridocornéen

Gonioscopie ou examen de l’angle iridocornéen

La suite de l’examen du patient consiste à examiner l’angle iridocornéen en réalisant une gonioscopie pour déterminer le degré d’ouverture de l’angle iridocornéen. Il s’agit de l’angle formé entre l’iris et la cornée, où se situe le trabéculum, le filtre régulateur de la pression intraoculaire, à travers lequel l’humeur aqueuse est évacuée. Savoir le type de glaucome que présente le patient, c’est-à-dire savoir si l’angle est ouvert ou fermé, conditionne la prise en charge, qui sera différente selon le type de glaucome. Le traitement proposé dépendra de cette ouverture de l’angle. 

L’analyse de l’angle irido-cornéen n’est pas accessible sans apposition d’un verre spécifique sur la cornée, ce verre étant composé de miroirs qui permettent d’observer cet angle.

La gonioscopie est réalisée en consultation, à l’aide d’un verre de contact et nécessite une anesthésie préalable de la cornée à l’aide d’un collyre. L’application ou non de gel dépend du type de verre utilisé pour regarder l’angle irido-cornéen. 

C’est à travers le trabéculum que l’humeur aqueuse, liquide qui circule dans la partie antérieure de l’œil, doit s’évacuer. Si ce filtre est bouché ou encrassé, l’humeur aqueuse a du mal à sortir de l’œil, et la pression intraoculaire monte.

La gonioscopie permet d’apprécier et de quantifier le degré d’ouverture de l’angle, sa pigmentation, d’évaluer la courbure de l’iris et la participation éventuelle du cristallin en cas de fermeture de l’angle. 

image GONIOSCOPIE dans gonioscopie et examen de langle

Cet examen clinique du glaucome est primordial chez tout patient ayant une hypertonie oculaire ou un glaucome. Il détermine si l’angle est ouvert ou fermé.

En fonction du type de glaucome que présente le patient, c’est-à-dire à angle ouvert ou à angle fermé, la prise en charge ne sera pas la même et le traitement proposé dépendra de cette ouverture de l’angle.

Cet examen de l’angle doit être répété au cours du suivi du patient, car l’angle est une structure mobile du fait de la mobilité de l’iris. Le glaucome étant une maladie chronique, l’angle a tendance à se fermer dans le temps, du fait de l’augmentation du cristallin avec l’âge. Ces éléments conditionnent la prise en charge du patient, surtout en cas de recours à du laser ou à une chirurgie.

Lorsque l’humeur aqueuse accède aisément au trabéculum (visible par l’ophtalmologiste en gonioscopie), et qu’il existe un large espace entre l’iris et la cornée, on parle d’angle ouvert.

Lorsque l’iris a tendance à s’adosser au trabéculum ou à s’y accoler (on appelle alors cela synéchies), l’angle est étroit, voire fermé.

ANGLE OUVERT ET ANGLE FERME fin paragraphe gonioscopie

On peut rechercher la présence de dépôts ou de pigments dans l’angle, venant boucher mécaniquement le trabéculum, orientant le diagnostic vers un glaucome exfoliatif ou un glaucome pigmentaire. 

Parfois, l’angle est « trop ouvert » de façon unilatérale, et évoquera un glaucome post-traumatique. 

L’angle pourra encore présenter des anomalies de formation, orientant vers des glaucomes de l’enfant ou l’adolescent.

Si c’est l’iris, propulsé en avant, qui vient obstruer le trabéculum, on parle d’angle étroit ou fermé. Lorsque l’iris est adossé au filtre, mais peut en repartir (fermeture réversible), on parle d’adossement irido-trabéculaire. Lorsque l’iris est « collé » de façon définitive au trabéculum, on parle de synéchies dans l’angle, témoignant d’un glaucome chronique par fermeture de l’angle.

En cas de fermeture de l’angle, le traitement proposé sera en général du laser, sauf si l’angle n’est plus ouvrable (présence de synéchies), auquel cas, on s’orientera souvent d’emblée vers un traitement chirurgical.

Dr BLUWOL

Ensemble, prenons soin de votre vision.